L'antre
Bienvenue dans L'antre !

L'antre vous propose de découvrir l'univers fabuleux et étrange des animaux éxotiques !

Une communauté qui a pour passion la térrariophilie, prête a échanger et partager.

Venez vous inscrire, on vous attend !




L'antre

Un forum qui joint toutes les informations pour élever son compagnon : mygales,serpents,piranhas,scolopendres,mantes,sugar glider ect
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Méthode de sexage des mantes
Sam 22 Fév - 0:39 par freddy

» le pacu un poisson mal aimé à tort
Sam 25 Jan - 15:12 par lostris

» recherches serpent
Mer 23 Oct - 22:14 par Tupinambis67

» Ben me voilà
Jeu 17 Oct - 22:11 par noule

» Dispos
Jeu 5 Sep - 6:43 par Steff

» heterometrus scaber
Dim 25 Aoû - 11:35 par teptep

» calyptratus
Mer 21 Aoû - 22:10 par Tupinambis67

» help!
Mer 21 Aoû - 22:08 par Tupinambis67

» souris
Mer 14 Aoû - 9:52 par Heliann

Meilleurs posteurs
Alyssa
 
Tupinambis67
 
Reptiléa
 
Arnaud
 
Heliann
 
Aggressive Predators
 
Messor
 
Adrien-72
 
nico14
 
Nakai
 

Partagez | 
 

 Les Araignées assassin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kevin.H
Nouveau spécimen
Nouveau spécimen


Masculin
Messages : 16
Date d'inscription : 18/01/2012
Age : 26
Localisation : région parisienne

MessageSujet: Les Araignées assassin.    Lun 23 Jan - 15:39

Pour ceux qui ne connaissent pas les araignées assassins, j'ai été chopper quelques infos sur wiki et surtout sur le site de Hannah M. Wood, California Academy of Sciences, Department of Entomology, sont site c'est justement Les araignées assassins, Familles Archaeidae et Mecysmaucheniidae.

Dans les années 1800, les premiers fossiles d'araignées assassin ont été retrouvés dans de l'ambre de la mer baltique (comme le genre fossile Archaea qui date du Paléogène) et il aura fallu attendre environs 30 ans pour voir dans une forêt de madagascar, en 1881 les toutes premières araignées assassin vivantes. Les premières araignées assassin ont donc d'abord été décrite à partir de trois espèces fossilisés dans l'ambre Baltique qui a été datée de l'Eocène
Aujourd'hui, on compte 62 espèces d'araignées assassin dont la distribution est exclusivement restreinte à l'hémisphère sud, mais il en reste probablement encore plus à découvrir. Quoiqu'il en soit, un certain nombre espèces attendent encore dans les tirroirs des musées pour être décrites.

Les araignées assassin sont un groupe d'araignées chasseuses qui sont uniques en raison de l'allongement extrême de la région céphalique et des chélicères («mâchoires») donnant l'impression que ces araignées possedent une "tête" et un "cou", chez certaines Archaeidae australiennes, le cephalothorax est allongé, presque vertical, et prolongé par de long chélicères dont la position évoque un bec de pélican maintenu contre ce qui semble être le "cou".

Ces araignées pélicans (nom vernaculaire souvent utilisé en Australie) sont composées de deux familles très étroitement liées, les Archaeidae que l'on retrouvent en Afrique du sud à Madagascar et en Australie; et les Mecysmaucheniidae originaires du sud de l'Amerique du sud et de Nouvelle-zélande.

D'après Platnik, Les Archaeidae sont composés de 3 genres: le genre Afrarchaea Forster & Platnick, 1984 avec 13 espèces, Austrarchaea Forster & Platnick, 1984 avec 22 espèces, et Eriauchenius O. P.-Cambridge, 1881 avec 19 espèces. Il existe également chez les Archaeidae 11 genres fossiles.
Les Mecysmaucheniidae rassemblent 25 espèces dans 7 genres differents (Zearchaea Wilton, 1946, Semysmauchenius Forster & Platnick, 1984, Mesarchaea, Mecysmauchenius Simon, 1884, Mecysmauchenioides Forster & Platnick, 1984, Chilarchaea, et Aotearoa)

Ces araignées semblent préférer le froid, donc on pourra les retrouver dans les zones montagneuses humides, dans la litière sur le sol d'une forêt, sur de la mousse...

Ces 2 familles qui composent les araignées assassin seraient particulièrement intéressants pour la compréhension de nombreux aspects de l'évolution, pour examiner les modèles biogéographiques sur les differents continents de l'hémisphère sud en raison de leurs répartions/dispersion limitée, de leur comportement et de leur morphologie inhabituelles chez les aranéides.

Elles sont appelées araignées assassin car la plupart sont canibales. Les Archaeidae sont eux araneophages strictes alors que les espèces americaines et néo zélandaises sont plutôt généralistes et s'attaquent à toutes sortes de proies. Certaines araignées assassin peuvent pourchasser leurs proies pendant des jours et certaines viennent directement dévorer l'araignée sur sa toile en immitant une proie.
Une des question que se posent les chercheurs est comment ces araignées font-elles pour reconnaître leur proie, c'est à dire differencier une araignée de n'importe quel autre animal (vue, odorat, toucher, mouvement..), ce qui est remarquable étant donné la diveristé morphologique des araneides dans le monde. Ils se demandent également si elles peuvent différencier les differentes familles d'araneides existentes? Il serait par exemple intéressant de voir la réaction d'une Archaeidae quand elle voit une Myrmarachne qui ressemble plus à première vue à une fourmis qu'à une araignée.

Par rapport aux methodes de chasse, ces araignées pélicans ont évolués selon deux stratégies d'attaque.
Les Archaeidae malgaches, australiennes et sud-africaines attaquent à distance d'autres araignées grâce à leur long "cou" et leur longues chelicères en général assez fines. Après l'attaque initiale, la proie est transpercée par les longues chelicères et immobilisée loin de l'araignée assassin, tout simplement pour éviter une morsure de la part de la proie, c'est la stratégie prédatrice.
Pour les Mecysmaucheniidae chiliens et néo zélandais, c'est la stratégie du piège à "machoire", plus proche du plan d'organisation classique des araneides, avec un "cou" plus large et des chelicères ("machoires") plus robustes.

Etant donné la diversité morphologique chez ces deux familles d'araignées assassin, et etant donné qu'il n'y a que 2 stratégies de chasse ou 2 comportements prédateurs type, Hannah M. Wood cherche à savoir qu'est ce qui est arrivé en premier, le comportement ou la morphologie?
Ses recherches visent donc à comprendre comment ces 2 comportements/stratégies peuvent-ils expliquer la morphologie si particuliaire de ces araignées, ou inversement comment la morphologie du "cou" et des chelicères peut-elle expliquer l'évolution arbitraire de ces deux stratégies prédatrices.

Je trouve ces araignées assassin remarquables, en plus elles sont très peu connues donc il y'a beaucoup de sujets très intéressants à exploiter pour ceux qui ont la chance de voyager et j'ai essayer ici de résumer le mieux possible une parties des infos trouvés sur les sites mentionnés plus haut.
Concernant les 2 stratégies d'attaques, voici une vidéo avec un montage de la stratégie d'attaque des Archaeidae pendant une conférence de Hannah.M.wood http://www.youtube.com/watch?v=JPrXO5bPLZ0&feature=related et http://www.youtube.com/watch?v=bEjiH6aysXs (faites pas gaffe à la musique mdr)

Sur le site de Hannah. M. Wood, il y'a d'autres videos et de magnifiques photos, je vous invite à aller faire un tour, et il y'a également un pdf concernant les relations phylogénétiques dans un groupe d'araignées assassin endémiques de Madagascar, par rapport à l'évolution de l'allongement de la région céphalique. Elle arrive à la conclusion qu'il y'a plus de disparités morphologiques dans l'allongement du cou et de la region cephalique parmis les taxons présents à Madagascar que dans l'ensemble des taxons d'araignées assassin du reste du monde. Etude intéressante, et sur le site tout est plus complet forcément, et on comprend qu'elle veut, en utilisant morphologie et ADN, créer un arbre phylogénétique des differentes sp d'araignées assassin pour comprendre les modèles biogéographiques, l'évolution des traits morphologiques et des comportements, avoir des infos sur les differentes lignées d'araignées assassin dans differentes zones geographiques, comparer les temps de spéciation (diversification plus ou moins rapide ou lente).
En utilisant des données morphologiques et moléculaires, on peut donc avoir une idée des moments de spéciation, ainsi en comparant des données d'araignées assassin du Chili (divergence morphologique élevée, divergence moléculaire faible, environs 2%) et de Madagascar (morphologiquement semblables, divergence moléculaire élevée), celà peut vouloir dire que la spéciation au Chili à été plutôt récente et à Madagascar beaucoup plus lente.
Toujours en utilisant des données morpho et moléculaires, elle souhaite comprendre les relations phylogénétiques entre les araignées assassins, et certaines espèces appartenant à la super famille Palpimanoidea ( composé de 3 familles assez peu communes: Huttoniidae, Palpimanidae, Stenochilidae).

Voila le lien du site avec les photos et quelques animations des stratégies d'attaque http://nature.berkeley.edu/~hwood/ImagesVideo.html.

Kévin





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les Araignées assassin.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» poux rouge ou araignées rouge
» Identification araignées
» Ophrys aranifera ( = sphegodes , Ophrys araignée )
» araignée
» Réintroduction de Singes laineux et de Singes araignés en milieu naturel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre  :: Arachnides :: Discusion :: Discussion sur nos amis à 8 pattes :: Aranéomorphes-
Sauter vers: